• PAS CETTE CHANSON DE JOHNNY HALLYDAY

     

    PAS CETTE CHANSON DE JOHNNY HALLYDAY

     

     

     

     

    PAS CETTE CHANSON DE JOHNNY HALLYDAY

     

    PAS CETTE CHANSON
    ********************

    Pas cette chanson
    Pas cette chanson
    Pas cette chanson
    Non, non, non, non, non, non, non, non, non

    Ne joue pas cet air là
    Qui me rappelle autrefois
    Oublie le s'il le faut
    Ne touche pas à ce piano

    Oh, non, ne le joue pas
    Mon coeur n'y tiendrait pas
    De l'entendre, je le sais
    Je me souviendrais qu'elle disait
    Disait

    Toi, que j'aime
    Mais tu sais que tu mens
    Toi, que j'aime
    Mais tu sais que tu mens
    Toi, que j'aime
    Mais tu sais que tu mens
    Tu mens, oui, oui, oui

    Et plus d'un violon pleurait
    Dans l'ombre où nos coeurs se parlaient
    Notre amour était si grand
    Que tout le ciel tenait dedans
    Et depuis
    Si quelqu'un fredonne
    Mon coeur s'abandonne
    J'entends jouer des violons
    J'entends sa chanson et sa voix qui disait
    Disait

    Toi, que j'aime
    Mais tu sais que tu mens
    Toi, que j'aime
    Mais tu sais que tu mens
    Toi, que j'aime
    Mais tu sais que tu mens
    Tu mens, oui, oui, oui

    Pas cette chanson
    Arrête, arrête….
    oui, oui, oui, oui
    Mais tu sais que tu mens
    Pas cette chanson
    Pas cette chanson
    Oh! je t'en prie, arrete, oui
    Toi, que j'aime
    Mais tu sais que tu mens
    Toi, que j'aime
    Oh tu sais que tu mens
    Toi, que j'aime
    ah tu sais que tu mens
    toi
    Tu mens
    Toi..

     

    Cette chanson elle s'adresse à une Femme
    Mais, elle peut aussi bien être adresser à un Homme...
    Il suffit de changer quelques mots pour la mettre au Masculin
    (Martine. L)


  • Commentaires

    1
    jchristophe
    Jeudi 24 Novembre 2016 à 23:51

    happykiss Pour toi ma panthère noir embrasse fort 

    1. Ce magnifique poème de Pierre de Marbreuf :

      Et la mer et l'amour ont l'amer pour partage

      Et la mer et l'amour ont l'amer pour partage,
      Et la mer est amère, et l'amour est amer,
      L'on s'abîme en l'amour aussi bien qu'en la mer,
      Car la mer et l'amour ne sont point sans orage.

      Celui qui craint les eaux qu'il demeure au rivage,
      Celui qui craint les maux qu'on souffre pour aimer,
      Qu'il ne se laisse pas à l'amour enflammer,
      Et tous deux ils seront sans hasard de naufrage.

      La mère de l'amour eut la mer pour berceau,
      Le feu sort de l'amour, sa mère sort de l'eau,
      Mais l'eau contre ce feu ne peut fournir des armes.

      Si l'eau pouvait éteindre un brasier amoureux,
      Ton amour qui me brûle est si fort douloureux,
      Que j'eusse éteint son feu de la mer de mes larmes.

      Pierre de Marbreuf

      http://youtu.be/ToWgHOwgfRQ
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :